Érotisme viril au Jacuzzi

  • 3153 vues depuis le 13 juin 2021

VOTE POUR CE MODÈLE !

28
Belle **** !Belle **** !
14
Beau corps !Beau corps !
10
Beau cul !Beau cul !
8
Belle gueule !Belle gueule !
Merci pour votre vote!

Une rencontre virile au jacuzzi du sauna avec un beau brésilien qui nous dévoile tout de son sex-appeal.

C’est un nouveau lieu de la ville, un lieu réservé uniquement aux hommes. Je suis entré sans savoir ce que j’allais trouver. Mon seul indice est que l’ouverture promettait d’augmenter la température. Comment, ou avec qui était un mystère. Je suis entré dans un couloir sombre. Plus de garçons devant et derrière, mais chacun entre dans une pièce séparée. Tout est sombre. Soudain la lumière s’allume, des rideaux noirs sont tirés et tous les garçons, au moins une dizaine, se voient derrière de grandes fenêtres, autour d’un sauna éclairé en bleu. Au milieu, un salon privé avec un canapé et des coussins blancs et un grand jacuzzi.

On voit entrer Guido Plaza, un mec très beau et musclé avec une petite barbe, comme je les aime. Il porte un jean et un débardeur rouge. En marchant, je regarde son cul. Dieu, mais comme cela le marque bien. Il prend place dans la cabine, frotte le paquet, met sa main sous son pantalon, nous regarde tous un à un. Il me regarde. Quand je veux m’en rendre compte, ma bite est dure. Je regarde les autres qui sont aussi sexy que moi. Qui d’autre qui le moins a déjà baissé son pantalon et le foutre en l’air. Je joue au jeu.

C’est déjà une chose entre hommes. Guido joue pour se toucher, pour nous exciter. Il resserre les coutures de sa chemise, attrape les bretelles et les écarte pour révéler ses pectoraux poilus et musclés. Il soulève sa chemise et l’attrape avec ses dents. Il déboutonne son jean et montre son pantalon bleu serré. Les couleurs d’un super homme. Nous applaudissons tous parce que le gars le mérite. Quel torse. Il sort sa bite et la pèle devant tout le monde. On entend des gémissements derrière l’une des fenêtres. Un mec laisse son lait et sa vie dans le verre. Quand il le voit, un autre et un autre le suivent. Quelqu’un doit arrêter cette putain de chaîne.

Nous sommes déjà moins d’une demi-douzaine de champions. Les autres sont toujours à la recherche mais avec des bites molles et dégoulinantes. Je ferme les yeux, prends une profonde inspiration et évite de regarder les taureaux glisser le long des fenêtres qui se trouvent dans mon champ de vision. Guido se déshabille complètement. J’ai l’impression qu’il est l’homme de mes rêves. Je vais l’attendre à la sortie et lui demander de l’épouser, car je veux me réveiller et dormir tous les soirs à ses côtés.

Il va au jacuzzi et fait un plongeon. Il sort mouillé et s’assoit sur le bord pour continuer à le branler. Il a un bon calibre. Pour que l’on puisse voir et saliver avec sa taille, il l’attrape fort par la base et la secoue, puis il se lève, la relâche et gifle sa queue d’en haut pour la faire rebondir. Je me mords la lèvre, elle est si longue et épaisse que je ne peux pas en vouloir plus que je ne le fais déjà.

Elle retourne dans le jacuzzi et soulève ses fesses pour que l’on puisse voir tout le périscope. Elle savonne son corps, ainsi que sa bite pour la branler plus doucement. Je ne connais pas les autres, je n’ai même pas envie de les regarder, mais je m’attends à la fin pour l’accompagner. Nous sommes prêts. Il la martèle fort, au bord du jacuzzi. Je regarde tout d’un coup en quelques secondes. Dans son beau visage, dans ses abdos marqués, dans les poils qui traversent la vallée entre ses pectoraux, dans l’humidité de ses cuisses, dans celles de ses aisselles. Il gémit et fronce les sourcils. Mon heure est venue, celle de baigner le verre avec le sirop de mes couilles. C’est pour toi, Guido.

Laisser un commentaire